Investir pour la retraite
L'épargne-retraite est un compte qui permet de capitaliser lors de sa vie active pour compléter sa retraite au moment venu et de profiter de manière optimale de cette période de la vie. Le nombre de retraités est en en effet en constante évolution. Aujourd'hui, la répartition des retraites ne peut donc plus se faire par rapport à l'âge de la population et les cotisations versées par les actifs ne suffisent plus. Il est donc essentiel de s'assurer une épargne. Il existe différents types d'épargne-retraite comme le plan d'épargne retraite populaire ou l'assurance vie.

En France, la pension de retraite est proportionnelle à vos revenus d'activités. Le montant de votre pension dépend donc des revenus que vous avez perçus au cours de votre carrière. La retraite complémentaire est une retraite qui vient donc, par définition, compléter votre retraite de base, prévue par le régime de la sécurité sociale. Contrairement aux retraites par capitalisation, les retraites complémentaires fonctionnent par répartition. Vous et votre employeur cotisez, mais c'est l'employeur qui se charge de verser les cotisations correspondantes à la caisse de retraite complémentaire concernée. Basées sur un système de points, elles fonctionnent comme le régime de base et s'évaluent donc en fonction du nombre de trimestres de cotisation. Il existe différents régimes de retraite complémentaire, mais les règles sont différentes les régimes et le calcul des retraites en dépend. Vous pouvez être affilié à différents régimes successivement ou en même temps au cours de votre vie. Plusieurs catégories permettent de classer les différentes caisses de retraites complémentaires : la retraite des salariés du privé : (AGIRC-ARRCO), les régimes spéciaux qui concernent les salariés du public et gère la retraite des fonctionnaires, les régimes des artisans et des commerçants, les travailleurs indépendants qui cotisent au RSI retraite, le régime des professions libérales (la CIPAV retraite), et les régimes agricoles (la MSA qui gère la retraite agricole).

Le compte pénibilité est un dispositif mis en place dans le cadre de la réforme des retraites. Il concerne les salariés confrontés à des conditions de pénibilité dans le cadre de leur travail, qui sont susceptibles de laisser des traces identifiables, durables ou irréversibles sur la santé. Ces facteurs de risques concernent des situations de contraintes physiques, un environnement agressif ou des rythmes de travail particuliers. Ces facteurs de risques sont évalués à partir des mesures de protection mises en œuvre par l'employeur. Ce sont 10 facteurs de risques qui ont été définis, tels que la manutention manuelle de charges, les postures pénibles ou positions forcées des articulations, les vibrations mécaniques ou les activités exercées en milieu hyperbare. Les agents chimiques dangereux, les températures extrêmes, le bruit auxquels peuvent être confrontés les salariés constituent aussi des facteurs de risques. Enfin, le travail de nuit, en équipes successives alternantes ou répétitif sont aussi considérés comme des facteurs de risques. Concrètement, les salariés disposent alors d'un compte personnel de prévention de la pénibilité qui leur permette de cumuler des points en fonction de leur exposition a un ou plusieurs facteurs de risques. Avec ces points, ils peuvent ensuite bénéficier de formation professionnelles afin d'accéder à un poste mois exposé, réduire leur temps de travail en conservant leur salaire, ou partir plus tôt en retraite en validant des trimestres d'assurance retraite. Le compte pénibilité permet de réduire la pénibilité du travail et l'exposition aux facteurs de risques, mais aussi de compenser des périodes d'exposition à ces facteurs de risques. Pour en savoir plus, consultez social-sante.gouv.fr/reforme-des-retraites,2780/questions-retraite,2795/qu-est-ce-que-le-compte-personnel,16162.html.

Dans le cadre de la réforme des retraites, le gouvernement a mis en place le compte pénibilité. Il s'agit de réduire la pénibilité du travail et de compenser les périodes d'expositions des salariés dans la définition des droits à la retraite. Il existe 10 facteurs de risques, comme la manutention manuelle de charges, les postures pénibles ou l'exposition aux agents chimiques. Le travail de nuit par exemple est également un facteur de risque. Pour le moment, seuls 4 facteurs de risques sont inscrits au code du travail : les activités exercées en milieu hyperbare, le travail de nuit, le travail en équipes successives alternantes et le travail répétitif. Ils seront pris en compte à partir du 1er janvier 2015, les autres 6 autres facteurs le seront courant 2016. Si vous êtes exposés à l'un de ces facteurs, votre employeur devra vous remettre une fiche individuelle de prévention des expositions avant le 31 janvier 2016, qui permettra de rendre compte de l'année 2015 écoulée. Vous pourrez grâce à cette fiche vérifier la prise en compte de votre exposition par votre employeur, et être informé de la déclaration. Pour créer votre compte pénibilité, vous n'avez aucune démarche à effectuer. C'est à la suite de la déclaration de votre employeur que le compte se créera automatiquement à partir de janvier 2016. Vous en serez informé par l'organisme gestionnaire. Ce compte vous permettra donc de cumuler des points, que vous pourrez utiliser pour entreprendre une formation professionnelle, pour réduire votre temps de travail ou mettre en place un départ anticipé à la retraite. Pour connaître le solde de vos points, il faudra activer un espace personnel en ligne sur le site www.preventionpenibilite.fr, sur lequel vous pourrez consulter le nombre de points acquis l'année précédente, le nombre total de votre carrière, mais aussi le récapitulatif de vos points déjà utilisés. Pour en savoir plus, consultez social-sante.gouv.fr/reforme-des-retraites,2780/questions-retraite,2795/qu-est-ce-que-le-compte-personnel,16162.html.

Le compte pénibilité est une nouvelle mesure du gouvernement mise en place pour combler le déficit des régimes de retraite. Le calcul est basé sur des points que vous cumulez en fonction des facteurs de risques auxquels vous êtes exposé dans votre vie professionnelle. Mais alors, quels facteurs de risques sont retenus dans le compte pénibilité ? Sachez tout d'abord qu'il existe 10 facteurs de risques. Ils sont répartis en 3 catégories que sont les contraintes physiques découlant de la nature du travail, les risques professionnels au titre de l'environnement physique agressif, et les risques professionnels au titre de certains rythmes de travail. Ils sont tous définis par une intensité et une temporalité. Par exemple, ils sont mesurés en décibels pour le bruit ou en kilogrammes pour les manutentions, mais aussi par une durée d'exposition en heures. Les contraintes physiques découlant de la nature du travail sont répertoriées en 3 parties. Dans cette catégorie, vous trouvez donc les manutentions manuelles de charges, les postures pénibles et les vibrations mécaniques. Dans la seconde catégorie liée à l'environnement physique agressif, vous trouvez les agents chimiques dangereux, les activités exercées en milieu hyperbare, les températures extrêmes et le bruit. Enfin, la troisième catégorie qui regroupe les risques en lien avec certains rythmes de travail concerne le travail de nuit, le travail en équipes et le travail répétitif. Dans la prise en compte de ces facteurs de risques, il est important de savoir que les seuils sont définis en fonction des moyens de protection mis en place par chaque employeur. Pour en savoir plus, consultez service-public.fr/actualites/003345.html.

Le nouveau dispositif de réforme de retraite appelé « compte pénibilité » entre en vigueur, et vous vous demandez si vous êtes concernés ? Pour bénéficier du compte pénibilité, vous devez d'abord être affilié au régime général ou à la mutualité sociale agricole. Il n'y a aucune condition de contrat de travail. Pour être concerné par le compte pénibilité, vous devez ensuite être exposé à un des 4 premiers facteurs de risques, c'est-à-dire à ceux inscrit dans le code du travail dès le 1er janvier 2015. Si vous êtes donc exposés au travail de nuit, en équipes successives alternantes, au travail répétitif ou sous pression hyperbare, au-delà des seuils fixés, vous êtes concerné par le compte pénibilité. Les autres facteurs de risques que sont la manutention manuelle de charges, les postures pénibles, les vibrations mécaniques, les agents chimiques dangereux, les températures extrêmes et le bruit, prendront place courant 2016. A cette date, vous serez donc concerné par le compte pénibilité si vous êtes exposé à un de ces facteurs de risques au-delà des seuils fixés. Sachez cependant que seules les périodes d'exposition retenues à partir du 1er janvier 2015 pour les 4 premiers facteurs, et à partir de 2016 pour les 6 autres seront prises en compte. Le compte prévention pénibilité n'est pas rétroactif. Pour en savoir plus, consultez preventionpenibilite.fr/.