Investir sur un PEA
Littéralement, le PEA signifie « Plan Epargne en Actions ». Oui mais de quoi s'agit-il ? Pour la petite histoire, le PEA existe depuis 1992. Il a été crée pour encourager l'investissement en bourse des particuliers. C'est un compte qui permet d'investir sur les marchés financiers en France, mais aussi dans les pays européens. Il bénéficie de certains avantages fiscaux. Il existe le PEA classique et le PEA PME-ETI, qui lui est utilisé pour financer les petites et moyennes entreprises et les entreprises de taille intermédiaire. De manière générale, le PEA peut abriter des actions détenues en direct ou des parts d'OPCVM. Les FCP ou Sicav doivent être investis à hauteur d'au moins 75 % en actions européennes. Le reste peut être placé en obligations ou en titres monétaires. Si vous ouvrez un PEA, sachez qu'il doit être associé à un compte espèces que vous alimenterez depuis votre compte courant, et qui sera débité lors de l'achat d'actions ou de parts d'OPCVM. De même, il pourra être crédité lors de leur revente. Pour ouvrir un PEA, vous devez être fiscalement domiciliées en France. Au total, les versements ne peuvent excéder un plafond de 150 000 € pour un PEA classique, de 75 000 € pour un PEA PME-ETI et 225 000 € en cas de cumul de PEA classique et de PEA PME-ETI. Vous ne pouvez posséder qu'un seul PEA classique, mais vous pouvez cumuler un PEA classique avec un PEA PME-ETI. Si vous le souhaitez, vous pouvez transférer votre PEA dans un autre établissement, mais sachez que les frais de transferts peuvent être importants. Ce sont les banques elles-mêmes qui les définissent. Les fonds que vous investissez sur un PEA sont toujours disponibles. Cependant, tout retrait effectué avant 8 ans entraîne obligatoirement la clôture du PEA, mais aussi la vente de la totalité des valeurs qui y sont inscrites.

Vous voulez investir par le biais d'un PEA mais n'en savez pas encore suffisamment sur sa fiscalité … On vous explique ça par ici ! Si vous fermez votre PEA avant la cinquième année, comme le veut le régime des plus-values immobilières, les plus-values seront imposables, et si ce montant dépasse 25 830€, correspondant au seuil de cession, la totalité de la plus-value est soumise à l'impôt et au prélèvement social au taux en vigueur : le taux d'imposition sera de 19 % si le PEA est fermé entre 2 et 5 ans après son ouverture, et de 22,5 % si c'est avant la deuxième année. Dans certaines situations, vous pouvez échapper à l'imposition. Si par exemple vous vous à un autre foyer fiscal possédant déjà des PEA, si vous partez à l'étranger, si vous créez ou reprenez une entreprise dans les 3 mois suivant la clôture du PEA, ou si vous décédez … Dans le cas contraire, c'est-à-dire si votre PEA génère une moins-value, sachez qu'elle peut être imputée sur les gains imposables de la catégorie des plus-values mobilières qui ont été réalisés au cours de la même année, ou des 10 années suivantes. La fiscalité s'applique encore autrement si vous fermez votre PEA entre la cinquième et la huitième année, puisqu'en effet, les plus-values ne seront pas imposables et subiront seulement les prélèvements sociaux. Si vous dépassez les huit années, trois situations se présentent à vous : soit le PEA continue à vivre grâce à des versements supplémentaires, soit des retraits partiels sont effectués sur le PEA, et dans ce cas, seule la part des plus-values comprise dans le retrait sera soumise aux prélèvements sociaux. Enfin, le PEA peut être fermé en retirant la totalité des fonds, et là, les plus-values sont soumises aux prélèvements sociaux. Vous pouvez demander à transformer votre capital en rente viagère, elle sera défiscalisée et sera soumise uniquement aux prélèvements sociaux au taux en vigueur.